Nicolas Michel

Depuis ma rencontre avec le basson en 1988, j’ai voyagé au gré des caprices de la vie avec ce baton de pèlerin qui m’a soutenu, appris sur moi même.

 

Apprentissage d’abord, auprès de mes maîtres bien aimés, Jean Claude Montac (orchestre de l’Opéra) à Paris, puis Ingo Becker (BSO) à Berne, ainsi qu’Alberto Guerra (Ensemble Contrechamps, GE) à Lausanne et Lorenzo Alpert (Concerto Köln) à Genève, j’ai pu developper en moi une technique et une maîtrise intrumentale qui m’a permis d’aborder un repertoire allant de la musique renaissance à la musique contemporaine. J’aime particulièrement ce eclectisme car la vibration musicale n’appartient pas à un seul style, ou une seule époque. Et mon basson se retrouve dans les diminutions de Selma y Sallaverde ainsi que dans les longues tenues atemporelles d’Ysan Yun.

 

J’ai le bonheur aujourd’hui de transmettre à la jeune génération cette fascination qui m’a toujours porté envers cet instrument grave mais facécieux, et toujours séduisant.

 

Je suis professeur à l’ecole de musique de Soleure, Bienne, Lyss et Aarberg, membre de l’orchestre Sinfonietta de Lausanne, et du Quintette à vent Éole.